logo
 

Temoe Teriitahi | Valoriser la Presqu'île

Née le 18 décembre 1992 à Afaahiti, Temoe Teriitahi est profondément attachée à la presqu’île de Tahiti, terre de légendes et de symboles qu’elle s’efforce de retranscrire et de porter au mieux dans sa danse. Après des collaborations avec plusieurs troupes, la jeune femme a fini par fonder Herehani, sa propre école, en octobre 2018 à Tautira afin de valoriser tous les potentiels de cette partie de l’île de Tahiti à l’identité si particulière.

Ses parents ont longtemps été considérés comme les meilleurs danseurs de la troupe des Tamarii Tautira au sein de laquelle ils évoluaient. C’est donc à leur contact et tout naturellement que la petite Temoe a commencé à s’initier aux danses traditionnelles dès l’âge de 3 ans. Un mode d’expression qui deviendra très vite une passion irrépressible. Elle participe à deux Heiva, en 2004 puis 2007 avec le groupe de ses parents tout en suivant dès 2006 les cours d’Augusta Alexandre, dont l’école Mono’i Here se trouve alors à Taravao. Elle en suivra l’enseignement jusqu’en 2010 (elle sera élue cette année-là meilleure danseuse de Tautira lors d’une compétition interquartiers) avant de partir sur Moorea où elle intégrera alors l’école Heihere, de Herenui et Heifara Papu. Elle y restera deux ans et participera avec eux au Hura Tapairu de 2012. L’année 2013 sera marquée par une pause qui précédera son retour au sein de Mono’i Here où elle deviendra régulièrement répétitrice, prenant le relais d’Augusta en son absence. Un rôle qu’elle tiendra jusqu’en juillet 2016 en parallèle de celui de chorégraphe pour Te Ao Uri No Tautira, une autre troupe qu’elle accompagnera cette même année jusqu’au Heiva. Après avoir beaucoup jonglé entre toutes ces activités, la jeune femme devenue maman de deux filles s’arrête quelque temps avant de reprendre la danse : elle prendra part à deux Heiva successifs, en 2017 et 2018 avec deux troupes différentes. C’est ce second Heiva, disputé avec Fare Ihi No Huahine, qui déclenchera un déclic : partager les répétitions avec ses filles lui apportera le goût de l’enseignement.


Un attachement profond à sa terre
Temoe se décide ainsi en octobre 2018 à ouvrir son école, qui accueille désormais une trentaine d’élèves, uniquement des filles, chez elle, sur sa terre, à Tautira ; une terre si riche de culture et d’histoires (souvent reprises par les autres, pas toujours pour le mieux), mais disposant de peu de structures pour valoriser tout ce patrimoine. Si elle ne dirige pas encore de troupe, une troupe qui reste en projet, Temoe est fière d’avoir pris part à son premier Heiva des écoles en 2019 avec Herehani. Et aujourd’hui, elle qui propose aussi du coaching privé en ‘ori Tahiti présente également des cours en ligne sur la plate-forme ‘Omana avec l’idée de valoriser plus que jamais les spécificités de cette Presqu’île si chère à son coeur, à travers la danse mais aussi les costumes qui feront souvent appel à des branches de maire, une variété de fougère qui en est l’emblème.