logo
 

Emehe Dezerville | La magnifique

Emehe Dezerville est une habituée des podiums. Et pas seulement parce que cette superbe jeune femme de 25 ans a été élue 1re dauphine de Vaimalama Chaves, Miss Tahiti 2018. Elle l’est aussi et surtout grâce à son très joli palmarès dans le ‘ori Tahiti. Il faut dire qu’elle a particulièrement de qui tenir, étant la fille de Taneheerai Dezerville, lauréat de plusieurs Heiva avec Te Maeva, la célèbre troupe de Coco Hotahota, et la belle-fille de Tiare Trompette-Dezerville, très grande dame de la danse traditionnelle qui lui a confié il y a 3 ans la gestion du centre de formation attaché à Hei Tahiti, sa prestigieuse école.

Quand Emehe évoque la danse traditionnelle polynésienne, elle parle de sa Passion. Et on entend un P majuscule à ce mot, qui résume tout pour elle dans sa puissance évocatrice et sa concision. Une passion née durant l’enfance, dès ses premiers cours au Conservatoire artistique de Polynésie française où elle suit les enseignements de Vanina et de Mamie Louise, deux autres figures emblématiques du ‘ori Tahiti moderne. Par la suite, elle intègre la troupe de Kehaulany Chanquy, installée sur le motu de Arue. Mais lorsque son papa rencontre celle qui deviendra sa belle-mère quelques années plus tard, la célèbre danseuse, cheffe de troupe et chorégraphe Tiare Trompette, devant laquelle elle est « en admiration totale, de par ses créations uniques, ses idées de folie, ses multiples casquettes et son sacré palmarès », elle intègre très rapidement l’école de danse de cette dernière puis son groupe professionnel.

De podium en podium
Bien lui en a pris car le succès a dès lors été plus que largement au rendez-vous : ses trois participations à des Heiva, toujours avec Hei Tahiti, ont été systématiquement récompensées par des podiums (d’abord une 3ᵉ place en 2012, puis la 2ᵉ en 2016 et 2018). Une réussite que la troupe a confirmé lors de ses participations au Hura Tapairu avec, à l’actif de Emehe, une 3ᵉ place en catégorie Mehura lors de l’édition 2017, la 1re dans la même catégorie en 2018 et une 2ᵉ place qui l’a rendue particulièrement fière en 2019 car il s’agissait d’une première participation dans la catégorie Over All. Aujourd’hui, Emehe a encore ajouté d’autres cordes à l’arc déjà fort riche de ses talents en prenant la gestion du centre de formation Hei Tahiti ; la concrétisation d’un long travail pour elle qui appréhendait beaucoup l’enseignement, mais qui a fini par y prendre goût, portée par la confiance si gratifiante de leur mentor à tous, Tiare Trompette. Et si la jeune femme reste très ouverte quant à la suite de ses projets, il semblerait déjà qu’elle nourrisse l’envie de reprendre le flambeau du centre… « si Tiare le veut bien ! ».